CORANWEB

Témoignage : Abdullah, Hafiz Al Quran à 11 ans

 

 

C’est un témoignage touchant que nous avons le plaisir de partager avec nos lecteurs. L’histoire de ce jeune Abdullah O.  née en France qui a terminé d’apprendre le Coran alors qu’il était âgé de 11 ans, nous a vraiment touché. Sa rencontre fut un moment très intéressant et riche en conseils.

 

L’interview ne fut pas chose facile…Abdullah est un jeune homme très modeste et discret, il a fallu lui arrachez les réponses ! Par ailleurs, les questions étaient très personnelles,  c’est pourquoi il nous a demandé de ne pas divulguer son nom de famille ainsi que des indications sur sa famille (et son grand frère). Nous vous laissons découvrir son parcours :

Article tiré du site www.ajib.fr

AJIB.fr Peux tu te présenter à nos lecteurs ?

Salam Aleykoum , je suis Abdullah 21 ans née en France d’origine marocaine. Je suis issus d’une famille de 9 enfants et j’ai grandi en France. J’ai eu un parcours scolaire classique  : maternelle, primaire, collège et j’étais dans l’ensemble assez bon élève car pour moi les apprentissages étaient faciles. Après la troisième, je n’étais vraiment pas motivé pour poursuivre les études, je me suis donc orienté vers un BEP commerce puis BAC pro. Ces études étaient seulement pour moi une manière d’acquérir un socle de connaissance de base (AJIB.fr l’un n’empêche pas l’autre, on le verra avec d’autres interviews InchaAllah)
Sur le plan familial, je suis issus d’une famille qui est plongée dans le Coran depuis plusieurs générations et qui je l’espère le restera InchaAllah :
- Mon grand père était hafiz et professeur de tajwid
- Mon père est hafiz et imam d’une Mosquée
- Mon grand frère était hafiz à 7 ans il a maintenant 33 ans
- Mon petit frère était hafiz à 17 ans il a maintenant 18 ans (il est encore scolarisé)
- Mon second petit frère était hafiz à 10 ans et il a maintenant 15 ans ( il est encore scolarisé)
- Mes sœurs ont elle aussi appris plusieurs hizb

AJIB.fr Comment as tu appris le coran ?
Al hamdoulilahi, ce sont mes parents qu’Allah les récompense qui m’ont appris le Coran à la maison  et Ma maman était la principale enseignante !
Dès petit, lorsque j’ai  commencé à parler, ma maman me faisait répéter les sourates du Coran. J’ai commencé par les petites et peu a peu je suis remonté vers le début.
Ensuite, dès que j’ai commencé à savoir lire, vers l’âge de 5 ans et demi, je suis passé à l’apprentissage avec la planche. Mes parents m’écrivaient au crayon sur la planche et je repassait, c’est comme ça que j’apprenais.
Vers 8 ans, je suis devenu autonome. Je recopiais quelques versets sur la planche que j’apprenais par cœur, des que je les mémorisais, je les effaçais pour passer à la suite.
L’apprentissage du coran se faisait les jours où il n’y avait pas d’école, le mercredi samedi et dimanche, ainsi que les vacances. Les autres jours de la semaine je me consacrais à l’école et aux révisions (mouraja3a). Au quotidien cela me faisait réviser 2-3 hizb par jours par contre quand je n’avais pas cours, pendant les vacances par exemple, je tournais autours de 5-6 hizb par jour. Dès que je relâchais un petit peu, ça partait !
Peu à peu, avec la permission d’Allah j’ai terminé d’apprendre les 60  hizb à l’age de 11 ans. Dès que j’ai terminé d’apprendre le Coran mes parents étaient très contents et m’ont félicité. Je me rappelle bien de ce jour, je suis sorti avec mon père et on a vidé le magasin, il m’a acheté un tas de trucs et on a fait une petite fête familiale !
AJIB.Fr Abdullah lis le coran suivant différentes lectures parmi elles : Hafs Warch Qaloon (Abdullah n’a pas voulu tout nous dire !)

Je tiens a dire à toues les mamans que ma mère est devenue elle aussi hafiz avec les rêgles de tajwid (de base) grâce au fait que tous les jours elle nous enseignait le Coran.

AJIB.fr Qu’est ce qui t’as motivé à apprendre le Coran ?

Tout d’abord c’est l’exemple de mon grand frère qui lui a terminé d’apprendre le coran à l’âge de 7 ans. Mon frère me motivait pas son parcours dans les Sciences du Coran (implication, concours de tajwid, reconnaissance des instituteurs…) Dès petit, je voulais devenir comme lui. Ensuite, c’est l’écoute de récitateurs comme Cheikh Al Minshawi qui m’ont vraiment marqué. Enfin c’est l’éducation, depuis tout petit je baignais dans les sciences du Coran à travers mon père ma mère et mon frère, pour moi c’était normal d’être hafiz .
Je n’ai pas l’impression d’avoir sacrifié ma jeunesse, non pas du tout au contraire ! Quand j’étais plus jeune, j’étais libre de sortir avec mes copains, de regarder les dessins animés… dès lors que j’avais fait mes révisions. C’est pareil que pour l’école …

AJIB.fr Et aujourd’hui ?
Aujourd’hui je remercie Allah de m’avoir permis de completer l’apprentissage du Coran.
Depuis l’age de 11 ans je dirige salat tarawih pendant le ramadan avec mon petit frère. Au quotidien, je motive mes amis à apprendre le coran mais c’est pas évident car la plupart d’entre eux n’ont pas baigné dans l’ambiance que j’ai vécu. Pour l’instant, je poursuis mes études dans une université Islamique, j’étudie les sciences du Coran, la langue arabe, As-shari3a et je suis parti pour une dizaine d’année inchaAllah.

AJIB.fr Tes projets pour le futur ?

Je ne souhaite pas pour l’instant être Imam, en tout cas pas tout de suite (nous verrons dans un prochain billet pourquoi les jeunes étudiants se tournent de moins en moins vers l’imamat), je souhaite continuer à étudier et je me tourne plus vers l’enseignement.

AJIB.fr Quels sont tes lecteurs préférés ?

En Premier lieur, Cheikh Al Minshawi. Pour moi, c’est le meilleur lecteur, c’est une école à lui tout seul, sa vie m’a touché, sa mort aussi. Ensuite, mon grand frère parce qu’en dehors du fait qu’il lise vraiment bien, il fait vivre le coran. Ensuite, Cheikh Nabulsi et Cheikh Al Qazabry.

AJIB.fr As tu des conseils à donner à nos lecteurs qui sont aussi des parents ?
Le conseil que je pourrai donner est d’enseigner le Coran aux enfants dès petit car je vois maintenant avec moi des étudiants qui sont âgés et qui ont de grandes difficultés à mémoriser le Coran. Par ailleurs, ce sont les parents qui sont au centre de tout, si ils ne m’avaient pas motivé, encadré dès le départ je n’en serai peut être pas là !