CORANWEB

Sourate Ghafir (Le pardonneur)

Nom

Cette sourate s’appelle Ghâfir (le Pardonneur), en vertu de ses premiers versets. "Hâ-Mîm. La révélation du Livre vient d’Allah, le Puissant, l’Omniscient. Le Pardonneur des péchés, l’Accueillant au repentir, le Dur en punition, le Détenteur des faveurs. Point de divinité à part Lui et vers Lui est le devenir".

Période de la révélation

Selon Ibn `Abbâs et Jâbir Ibn Zayd, cette sourate fut révélée juste après la sourate Az-Zumar, les Groupes. Ainsi, leur ordre actuel dans le Coran correspond-il à l’ordre chronologique de leur révélation.

Contexte de la révélation

Les conditions dans lesquelles cette sourate fut révélée transparaissent clairement dans son contenu et les sujets qu’elle aborde. À La Mecque, les mécréants étaient engagés dans deux types d’actions envers le Saint Prophète. D’une part, ils essayaient de faire naître toutes sortes de soupçons et de doutes dans l’esprit des gens vis-à-vis de l’enseignement du Coran, du message de l’islam et à l’égard du Noble Prophète lui-même, en lançant des disputes et des polémiques et en manifestant des contestations hors de propos ; de nouvelles accusations étaient sans cesse lancées pour que le Saint Prophète et les croyants s’épuisent et se lassent de leur répondre. D’autre part, ils s’organisèrent pour attenter à la vie du Prophète ; ils ourdirent complot après complot et à une occasion, ils se décidèrent à mettre à l’œuvre leur conspiration. Al-Bukhârî rapporte que `Abd Allâh Ibn `Amr Ibn Al-`Âs dit qu’un jour, alors que le Saint Prophète priait dans l’enceinte de la Ka`bah, `Uqbah Ibn Abî Mu`ayt s’avança brusquement vers lui et enroula son cou d’un linge tout en le tressant pour l’étrangler. Abû Bakr arriva à temps et le repoussa. `Abd Allâh dit que lorsque Abû Bakr luttait contre cet homme cruel, il prononça ces paroles : "Voudrais-tu tuer un homme seulement parce qu’il dit : "Mon Seigneur est Allah ?"". Cette anecdote est mentionnée, avec quelques variantes par Ibn Hishâm, An-Nasâ’î et Abî Hâtim.

Le verset 28 dit : "Et un homme croyant de la famille de Pharaon, qui dissimulait sa foi, dit : ‹Tueriez-vous un homme parce qu’il dit : ‹Mon Seigneur est Allah› ? Alors qu’il est venu à vous avec les preuves évidentes de la part de votre Seigneur. S’il est menteur, son mensonge sera à son détriment ; tandis que s’il est véridique, alors une partie de ce dont il vous menace tombera sur vous›. Certes, Allah ne guide pas celui qui est outrancier et imposteur !"


Thème

Ces deux aspects ont été exprimés d’emblée dans cette sourate. Puis, tout au long de la sourate, ils sont sans cesse réexprimés d’une manière incisive et instructive.

En réponse à leur tentative de meurtre, l’histoire du croyant de la cour de Pharaon a été narrée (cf. versets 23 à 55). Elle vise à donner trois enseignements différents à trois catégories de personnes :

  1. 1. Les mécréants ont été exhortés : "Quelle que soit votre conspiration contre Muhammad, Pharaon avec tout son pouvoir a lui aussi comploté contre le Prophète Moïse. Voulez-vous connaître le même destin que Pharaon pour avoir pris part à de telles conspirations ?"
  2. 2. Le Prophète Muhammad - paix sur lui - et ses disciples ont été instruits que : "En apparence, ces gens pervers peuvent être très forts et puissants alors que vous semblez faibles et impuissants. Néanmoins, vous devez garder l’assurance que la puissance de Dieu dont vous essayez d’élever la Parole est bien supérieure à toute autre puissance. En conséquence, vous devriez demander refuge à Dieu contre toute menace effrayante qu’ils arborent à votre encontre. Puis, employez-vous à accomplir votre mission sans aucune crainte. Le croyant a une seule réponse aux menaces des tyrans : "Je demande refuge auprès de Dieu contre les arrogants qui ne croient pas au Jour du Jugement." (cf. verset 27) Ainsi, si vous poursuivez votre mission sans craindre le moindre danger et en plaçant votre confiance en Dieu, Son Secours vous atteindra-t-il et les Pharaons d’aujourd’hui seront condamnés comme ils l’ont été par le passé. Jusqu’à ce que ce temps advienne, vous aurez à faire face et à endurer toutes les vagues de persécutions et de tyrannie orientées contre vous."
  3. 3. À côté de ces deux groupes, il est un troisième regroupant une frange de la société, convaincue en leur âme et conscience que la Vérité était uniquement du côté du Prophète Muhammad - paix sur lui - et que les Qurayshites mécréants étaient injustes et cruels. Malgré cette conviction, ils se contentaient d’être spectateurs et ne se sentaient pas concernés par le conflit entre la Vérité et l’erreur. Dieu a interpelé leur conscience comme pour dire : "Au moment où les ennemis de la Vérité complotent ouvertement, sous vos regards, il serait triste pour vous que vous demeuriez indifférents. Dans de telles circonstances, sauf pour ceux dont la conscience est totalement morte, n’importe qui se lèverait et accomplirait le devoir qu’un homme de la cour de Pharaon lui-même a accompli lorsque ce dernier a résolu de tuer le Prophète Moïse. Les circonstances qui vous empêchent d’élever la voix ont également obstrué le chemin de ce croyant, mais il avait une foi entière en Dieu et a ignoré toute raison de convenance. Notons à l’occasion que Pharaon n’a pu lui faire aucun mal."

Pour ce qui est des complots perpétrés à La Mecque de jour comme de nuit pour défaire la Vérité, des arguments ont été fournis à l’appui des doctrines du Monothéisme et de l’Au-Delà, lesquelles étaient le réel point d’achoppement entre le Prophète et les mécréants. Il a été précisé simplement et sans couvert que les mécréants disputaient de ces vérités sans aucun savoir. De plus, les motifs réels du conflit entre les chefs de Quraysh et le Noble Prophète ont été dévoilés. Visiblement ils essayaient de faire croire aux gens du commun qu’ils avaient des objections véritables aux enseignements du Prophète et sa prétention au statut prophétique ; ce serait pour cette raison qu’ils n’étaient pas disposés à l’écouter. Mais en réalité, il s’agissait d’une lutte de pouvoir. Dans le verset 56, ils ont été ouvertement avertis : "La véritable raison de votre rejet est l’arrogance et la vanité. Vous pensez qu’en reconnaissant la mission prophétique de Muhammad - paix sur lui - votre pouvoir et votre autorité cesseront. C’est pour cette raison que vous employez tous les moyens possibles pour le frustrer et le battre."

Dans le même sens, les mécréants ont été avertis une fois de plus que : "Si vous ne cessez pas de vous battre contre les Révélations de Dieu, vous serez condamnés à subir le destin des nations du passé. Un plus grand tourment vous attendra dans l'au-delà. Ce jour-là vous vous repentirez, mais il sera trop tard."